GRAND NANCY – SOLIDARITÉ – L’autre face des Restos du Cœur

Stéphanie, 22 ans, a bénéficié un temps des Restos du Cœur. Elle a voulu passer de « l’autre côté ». Elle est y en service civique avec trois autres jeunes. Un coup de main inédit sur l’agglo et très précieux pour l’association.

Elle est souriante et « timide ». Et elle veut mettre son énergie au service des Restos du Cœur. Stéphanie, 22 ans, en est un des nouveaux visages parmi quelque cent cinquante bénévoles mobilisés sur l’agglomération. De l’accueil à la

distribution en passant par le tri de la « ramasse », elle va, d’un centre à l’autre, de Nabécor à Laxou en passant par Vandœuvre et Bonnevay, là où les besoins se sont font sentir.

Étudiante en droit, Stéphanie est au rang des quatre jeunes qui ont démarré récemment un service civique au sein de l’association avec des contrats de six mois (indemnisés à 580 € par mois par l’État), le tout en liaison avec l’association ULIS Jeunes et Cités. Ces contrats de 24 heures par semaine se répartissent entre les deux structures à raison 20 heures et 4 heures.

En fait, une dizaine de candidats avaient postulé à ces postes décrochés par les associations. Trois jeunes filles et un jeune homme ont été retenus après entretiens.

« C’est un vrai coup de main », souligne Jean-Pierre Oriol, président départemental des Restos. « L’objectif, c’est que nous leur fassions bénéficier d’une expérience mais qu’ils nous apportent aussi leur vision, leurs idées ». D’autant qu’ils affichent des profils différents même s’ils sont évidemment motivés par un but commun : « aider les autres ».

Noémie, Sarah, Ruben

« Nous leur avons par exemple demandé de travailler à un projet d’amélioration de l’accueil », indique Eric Moureaux, responsable du centre de Vandœuvre.

Noémie, 21 ans, après quelques études en psychologie qui ne l’ont pas enthousiasmée, est venue là avec en bandoulière tout son esprit et son sens de la solidarité. « Je suis timide et je pense que cette expérience va me permettre d’aller plus facilement vers les autres. Ce service civique m’aidera peut-être aussi à trouver ma voie professionnelle ».

Avec leur t-shirts estampillés « service civique », les quatre jeunes ont dû expliquer un peu qui ils étaient aux bénéficiaires des Restos. Ils sont désormais adoptés et ont tenu « à tourner sur l’ensemble des centres afin de ne pas tomber dans l’habitude ». Noémie aussi connaissait un peu l’action des Restos pour avoir mené des opérations avec son école quand elle était plus jeune. « On découvre la diversité, l’aspect social ».

Chacun apporte en tout cas sa richesse personnelle. Comme Ruben qui parle par exemple arménien. Ou Sarah qui a déjà œuvré dans des collectes des Restos. Jean-Pierre Oriol, lui, a pour objectif d’obtenir une dizaine de postes de service civique.

Ghislain UTARD (ER)

Publicités

Publié le 2 juin 2017, dans News. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :