Langue des signes : le lycée Varoquaux invité au concert des Enfoirés

Il a suffi d’un signe, en fait de plusieurs signes, de plusieurs chansons en langues des signes, et des clips, signés eux aussi… Et voilà comment 80 élèves du lycée Varoquaux sont invités en personne par les Enfoirés. Rendez-vous ce soir à Strasbourg.

Ça devient presque une longue histoire, ce lien entre le lycée Varoquaux et les Enfoirés. Une histoire qu’on peut faire remonter maintenant à un an, quand les élèves en option LSF (langue des signes françaises) se sont piqués de donner leur version, signée de l’hymne des Enfoirés 2017, « Juste une petite chanson ».

Ce traitement, ils l’ont réservé aussi au titre emblématique des Restos du Cœur. De ces deux versions singulières ont été déjà tirés deux clips et cette jolie performance leur a valu la reconnaissance de Véronique Colucci, elle-même venue les applaudir à Tomblaine à la faveur du dernier festival Aux Actes Citoyens.

Mais ce n’est pas tout : 80 lycéens ont été invités par les Enfoirés pour assister à leur concert-répétition donné à Strasbourg le mardi 16 janvier au soir, en public. Une série de sept concerts y est en effet donnée, dont trois seront filmés par les caméras de TF1 pour préparer la version télévisée du grand show du cœur.

Seulement ça ne leur suffisait pas, à nos lycéens ! Dans le même élan qui les anime depuis des mois, eux et tous les acteurs du lycée Varoquaux, qu’ils soient élèves, enseignants ou personnels des divers services, ont contribué à une grande collecte de denrées. Produits de première nécessité et jouets se sont accumulés, jusqu’à 650 kilos de marchandise qui seront livrés aux Restos du Cœur strasbourgeois à la faveur du déplacement en bus.

Tout dans les soutes. « Il faut juste que je prévienne le chauffeur », sourit Olivier Marchal, professeur de langue des signes, impulsion dès l’origine de toute l’histoire.

« Un film qui défile »

Ce n’est pas lui toutefois qui a soufflé l’idée d’une autre quête à ses élèves. Cette fois sous forme de vente de chocolats. « Dont le bénéfice devait initialement financer notre déjeuner strasbourgeois », raconte le professeur. « Mais finalement, d’eux-mêmes, ils ont décidé d’en verser la somme au profit des Restos, soit 450 €. » Et puisque l’histoire ne connaît pas de fin, tout ça ne pouvait pas se faire sans… une petite chanson, pour les remercier de les remercier…

Olivier Marchal et sa collègue Rachel Di Giacomo ont écrit un nouveau titre, « Comme un film qui défile », mis en voix, mis en musique par Daniel Tixier, mis en signes, mis en boîte avec l’aide du lycée Daunot, mis en clip. Le 3e  du nom. Et finalement mis dans les mains des Enfoirés ce même mardi. Soit quarante élèves impliqués.

« Le truc c’est que, pédagogiquement, la chanson, c’est très porteur. Les élèves en oublient presque qu’ils signent, sur une chanson, et leur visage est beaucoup plus expressif. »

Tout le monde s’y retrouve. On ne voit donc aucune raison à ce que s’interrompe cette désormais longue histoire avec les Restos !

Lysiane GANOUSSE

Publicités

Publié le 20 janvier 2018, dans News. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :