Collecte nationale 2018 en Meurthe et Moselle !

Publicités

Etudiants solidaires et dynamiques

Semaine de la solidarité à isam-iae Nancy

Six étudiants en Licence Sciences de Gestion ont décidé de s’investir pour une cause humanitaire : collecter des denrées alimentaires pour les Restos du Coeur.
Dans un premier temps, ils ont pris en charge la collecte nationale des Restos dans un magasin du Grand Nancy.
Mais il leur en fallait encore plus !
D’où cette idée d’organiser une semaine de la solidarité dans leur université où étudiants, professeurs et personnels ont déposé des denrées alimentaires .
La cerise sur le gâteau ! Un tournoi de volley au SUAPS Nancy !

Merci Valérie, Audrey, Betty, Mélanie, Mélodie et Baptiste !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1985, des étudiants parisiens et ensuite de toute la France sont venus épauler Coluche

et les premiers bénévoles des Restos du Coeur

pour lancer cette incroyable machine de solidarité ! 

33 ans plus tard, se sont encore des étudiants qui viennent nous aider dans notre mission bénévole …

On compte sur vous - Coluche

LA GRANDE COLLECTE DU PRINTEMPS 2018

Valou ! Notre Valou

VANDŒUVRE-LÈS-NANCY

Le cœur des Restos

Valérie Keinerknecht est l’une des deux salariés de l’antenne départementale des Restos du cœur. Celle que l’on appelle Valou est responsable de l’approvisionnement des 27 centres de Meurthe-et-Moselle.

Coluche avait coutume de dire « Moi, je travaille à mi-temps. C’est-à-dire douze heures par jour ! » Valérie Keinerknecht a coutume de rappeler les paroles de celui qui l’a incitée un jour à pousser les portes des Restos du cœur.

 

Aujourd’hui salariée, elle a trop d’humilité et de retenue pour tenir le même discours, même si dans l’entrepôt du marché de gros, chacun s’accorde à dire qu’elle est devenue l’un des piliers de l’institution.

Le contact pourtant n’est pas évident, lorsqu’en 2001, sur les conseils d’une amie, elle rejoint les rangs des bénévoles d’un centre de distribution de Meurthe-et-Moselle. « J’ai toujours trouvé que cette initiative était admirable, et que les restos jouissaient d’une bonne réputation tant en matière d’organisation que de sérieux. Et puis j’étais fan de Coluche. »

La première journée s’avère pourtant difficile. « Je suis rentrée chez moi et j’ai pleuré. J’avais été confrontée à tant de situations de détresse. J’avoue que je n’y étais pas préparée. Et puis je me suis dit, ces gens ont besoin de toi. Il ne faut pas baisser les bras. Avec le recul maintenant, je m’aperçois que j’ai sans doute plus reçu que je n’ai donné. » D’abord bénévole « lambda », Valérie, devenue Valou au fil du temps, fait une formation pour prendre en charge les inscriptions, puis devient formatrice elle-même.

Alors que ses cinq enfants sont sur le point de voler de leurs propres ailes, elle cherche un emploi salarié.

Une chance : le responsable de l’entrepôt de Vandœuvre prend sa retraite. « Lorsqu’on m’a proposé de reprendre ce poste, j’étais surprise. Je pensais qu’il était pour un homme. »

Le destin fait le reste. En 2009, Valou devient salariée, et en qualité de responsable d’entrepôt, puis plus récemment d’approvisionnement, gère avec le national les commandes susceptibles de fournir les 27 centres départementaux en denrées suffisantes pour venir en aide à près de 11.000 personnes chaque semaine.

« Sans les bénévoles, qui effectuent un boulot admirable et sont là dès 7 h du matin, ce serait impossible. »

Une soixantaine de personnes, en majorité des retraités, suppléent en effet Valou au quotidien. Et même si celle-ci avoue regretter le temps où elle était en contact direct

avec le public, elle n’en demeure pas moins la gardienne attentive et vigilante de la bonne organisation de l’approvisionnement.

« Rien ne m’énerve plus que d’apprendre qu’une livraison n’a pas pu être effectuée. Je pense à ceux qui attendent et qui n’auront pas. Ça m’est insupportable. »

Frédérique BRACONNOT (ER du 7 mars 2018)

Valou, les 795 bénévoles de Meurthe et Moselle t’embrassent bien fort !

Fm   

 

Redécouvrir le café-papote à Laxou

On connaît, depuis plus de 30 ans, les Restos du cœur avec 37 centres de distribution en Meurthe-et-Moselle, mais on connaît moins, et c’est dommage, le centre d’accueil situé à l’arrière du bâtiment Savoie à la cité des Provinces. Seul centre de ce type sur la métropole du Grand Nancy, il a été mis en place par Dominique Helluy. Avec l’appui d’une dizaine de bénévoles, il propose de nombreuses activités et un repas chaud est offert les 1er et 3e mardis du mois à tous ceux, sans distinction aucune, qui poussent la porte du local où le logo des Restos figure en bonne place.

Au café-papote, il est possible de jouer aux cartes ou au scrabble, cuisiner, tricoter, coudre, écrire et échanger, se faire coiffer, se faire aider dans les démarches administratives et… se faire maquiller.

Une charte de bonne conduite précise quelques règles évidentes mais n’empêche pas une bonne ambiance de convivialité et de partage, au contraire.

Contact : 03.83.28.38.62

(ER du 7 mars 218)

Les stagiaires de E2C Lunéville ont tourné un clip vidéo pour notre collecte nationale !

Voir le clip !

 

#WERestos

Du 9 au 10 mars 2018 se sera le week-end des Restos !

Les 09 et 10 mars prochains, 2 grands temps forts des Restos se dérouleront sur un même week-end : la Collecte Nationale et la diffusion de la soirée spéciale Restos du Cœur sur TF1. L’occasion pour l‘association de faire parler d’elle et de fédérer le grand public tout au long de ces 2 jours.

On compte sur vous - Coluche

Ce « Week-end des Restos » est l’occasion pour tous d’être solidaires et ambassadeurs de l’association afin de porter nos messages autour de l’entraide et du partage !

Un message de Patrice Blanc, Président national des Restos du Coeur

Un concert digne des Enfoirés !

Dieulouard

Samedi soir au centre socioculturel, la salle était comble pour le concert organisé par les élèves de l’antenne de Dieulouard du Conservatoire communautaire de musique Jean-Wiener, au profit des Restos du Cœur. L’entrée était gratuite sous réserve de dons de denrées alimentaires non périssables et ils furent nombreux.

Les élèves ont commencé leur show à 20 h et ont revisité les chansons populaires avec un mélange des générations comme « La Montagne » de Jean Ferrat, « Quelque chose de Tennessee » du regretté Johnny Hallyday et un final époustouflant repris en chœur par l’ensemble des élèves accompagnés par leurs professeurs, la chanson des Restos du Cœur de Jean-Jacques Goldmann. Tous les interprètes ont été ovationnés par un public conquis.

Les Restos dans la commune distribuent 531 repas par semaine pour 42 familles et une centaine d’adhérents. Cinq bénévoles se dévouent pour cette antenne.

A Dieulouard, la permanence des Restos du Cœur est ouverte les jeudis de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 15 h. (ER du 27 février 2018)

Les collégiens mobilisés pour les Restos du Cœur

PAGNY-SUR-MOSELLE

En début de semaine ; le collège de la Plante Gribé accueillait Pierre Claire, conseiller de Pagny et Gilles Zanarotti de Prény, tous deux membres de l’antenne pagnotine des Restos du Cœur. « Cette action s’inscrit dans le cadre de la collecte des denrées en milieu scolaire. En amont, nous avions proposé aux jeunes collégiens une réunion d’information, destinée à les sensibiliser aux besoins des Restos et à ses bénéficiaires. Et apparemment, le message et bien passé, car les jeunes se sont mobilisés pour notre cause », se réjouit Pierre Claire. En effet trois caddies chargés de produits secs attendaient les deux responsables de l’association. « La mobilisation des jeunes a été forte. Je pense que la réunion d’information a été un plus, qui a incité les collégiens à faire preuve de civisme et solidarité. Tout s’est très bien déroulé. L’expérience est à renouveler », annonce Leslie Gardel conseillère principale d’orientation (CPE). Même constat du côté de Mme  Majois professeur de français et trésorière du foyer socioéducatif (FSE). Les collégiens évoquent déjà la prochaine collecte des Restos qui se déroulera dans les magasins LIDL et Carrefour Market les 9, 10 et 11 mars. Alors, soyez généreux. Ils comptent sur vous !

(ER du 15/02/18)