PAROLE DE BÉNÉVOLES !

Les bénévoles des Restos du Coeur. Quartier Plateau de Haye à Nancy. © Radio France – Véronique LORRE

« On a du temps à donner et Coluche, c’est notre génération. » Dom, 63 ans, ancien commercial dans l’industrie du disque est bénévole depuis 3 ans. Il a commencé en même temps qu’Alain, 75 ans, retraité de l’enseignement supérieur. « Ma sœur qui était bénévole m’a vendu l’affaire. C’est une aventure valorisante. »

Ils sont en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges un peu plus de 1500 bénévoles. Ils sont trieurs, préparateurs de commande, chauffeurs-livreurs, distributeurs, accueillants, accompagnateurs. Les Restos s’organise comme une entreprise. Robert Larose, Vice-président des RESTOS 54 gère les bénévoles, les matières premières et les bénéficiaires. Ancien cadre logistique de l’industrie, Robert n’imagine pas une autre retraite, que celle-ci, au service des autres. Valérie, l’une des deux salariés des Restos, est responsable de l’entrepôt à Vandoeuvre-les-Nancy, depuis 11 ans. « Très honnêtement, si je pouvais faire ce que je fais bénévolement, je le ferais. Mais quand mes enfants ont grandi, j’ai du reprendre le travail. J’allais arrêter le bénévolat quand les Restos m’ont proposé le poste ». Les Restos, c’est un état d’esprit. C’est Coluche et ces portraits qui partout rappelle à chacun la révolte de cet homme dans les années 80. « De la révolte oui mais beaucoup de compassion » précise Françoise responsable du centre du quartier Plateau de Haye à Nancy.

Une partie des bénévoles des Restos du Coeur à l’entrepôt de Vandoeuvre-les-Nancy et au centre du Plateau de Haye à Nancy. © Radio France – Véronique LORRE

Etre bénévole, c’est un engagement

Tous ces bénévoles ont signé la Charte des Restos. Le respect, la solidarité, la convivialité, l’esprit d’équipe, l’indépendance politique et religieuse sont les valeurs de cette charte. D’ailleurs, en cette période d’élections municipales, aucun représentant ou bénévole des Restos n’a participé à un quelconque débat public et politique. Mais les Restos ne manqueront pas, passé les élections, de solliciter les futurs maires en fonction pour les subventions indispensables à leur fonctionnement. En décembre dernier, la Président, Patrice Blanc, s’inquiétait sur la baisse des dons publics et privés alors que la pauvreté ne recule pas en France.

%d blogueurs aiment cette page :